Le projet Faust II

 

Nouvellement arrivé dans le monde de l'édition de figurines plates* ; Dieter Beller a lancé le projet Faust II avec la première série ; la scène du papier-monnaie. Il s'agit de la continuation du grand travail de Franz Karl Mohr, qui avait converti la première partie de l'épopée de Goethe en une série de plats d'étain d'une centaine de figurines.

 Les nouvelles pièces de 30 mm peuvent être combinées avec les célèbres figurines Mohr.

 Au cours des prochaines années, un total de cinq séries au format 30 mm sur le thème de Faust paraîtront sous la marque bellazinnfigur. Les maîtres graveurs Werner Otto et Martin Andrä, qui ont déjà gravé des figurines de la première série Faust d'après des dessins de Mohr. Ils graveront en excellents connaisseurs du sujet. Les deux premières séries de Faust II, sont la scène du papier-monnaie et la mise au tombeau de Faust.

 La nuit de Walpurgis sera le thème de la troisième série, dont Regina Sonntag a déjà commencé la gravure

 De quoi parle la scène du papier-monnaie ?

 Méphisto a endossé le rôle du bouffon de la cour et persuade l'empereur et sa cour de mettre du papier-monnaie en circulation afin de sauver de l'effondrement l'empire en difficulté et plongé dans une crise générale.

 Dans cette petite scène de l'image, il murmure son discours à destination de l'empereur à l'oreille de l'astrologue.

 Dieter Beller relève : « Le sujet a également des références claires aux problèmes actuels de l'époque. Que ce soit la discussion sur l'abolition des espèces, la propagation croissante des Bitcoins et autres monnaies numériques, le scandale entourant l'investisseur allemand Wirecard ou la bulle mondiale de la dette qui ne cesse de croître ».

*et de notre association

 

MURAT

 Maréchal d'Empire, grand-duc de Berg et de Clèves, roi de Naples (1767-1815)

   Que le maréchal Murat ait sa place parmi nos grands capitaines est incontestable, il est cependant regrettable que sa personnalité soit si discutable.

 Né en 1767 d'un père aubergiste d'une petite cité du Lot, peu attiré par la prêtrise à laquelle on le destine, il s'engage très tôt dans les chasseurs à cheval, où son éducation, sa volonté, voire son arrivisme lui permettent de gravir rapidement les grades. Chef d'escadron en 1795, Bonaparte le prend comme aide de camp lors de la première campagne d'Italie (1796/97) où il se distingue. A 28 ans il est nommé général de brigade. Dès lors son parcours est lié à celui de Bonaparte dont il épouse la soeur Caroline en 1800. Il est de l'expédition d'Egypte, à l'origine à la tête d'une brigade de dragons, gagnant à la bataille d'Aboukir ses galons de divisionnaire (général de division). Après son retour en France, il est de la seconde campagne d'Italie (1799/1800). En 1805, au camp de Boulogne où s'organise la « Grande Armée », Napoléon le nomme Grand Maître de la cavalerie, le plaçant ainsi à la tête de la Réserve de cavalerie de la Grande Armée (il commande alors : 2 régiments de carabiniers, 8 de cuirassiers, 24 régiments de dragons et 4 régiments de cavalerie légère), c'est dans ce rôle qu'il accomplira les campagnes de 1805, 1806, 1807, 1812, et 1813.

 Il quitte l'armée après la bataille de Leipzig (1813) pour tenter de reprendre le contrôle de son royaume de Naples, où après de multiples revirements, il est finalement arrêté et condamné à mort par ses sujets. Théâtral jusque dans la mort, il fait face au peloton d'exécution, dénude sa poitrine, s'adresse aux hommes : «Soldats, épargnez le visage, visez au cœur » et commande le feu.

 Personnalité très contrastée, il est dans le privé loin d'être irréprochable, dépensier, superficiel, arriviste, faible de caractère, ostentatoire, aimant le faste et les femmes. Le militaire offre également une nature très discutable, emporté, impulsif, piètre tacticien, ménageant peu la fatigue de ses hommes et des chevaux, peu économe de la vie des soldats, tout cela constitue ce que l'on pourrait qualifier de face sombre du personnage. Heureusement face à ces défauts, ce bel homme à la haute stature présente de réelles qualités, c'est un cavalier exceptionnel sorte de centaure, brave au delà du raisonnable, méprisant le danger, agissant plus par instinct que par tactique, il est transfiguré sur le champ de bataille où, dans ses tenues couvertes de broderies et ses chapeaux empanachés, il a comme aucun autre le don de communiquer sa fougue à des masses d'escadrons, les entraînant irrésistiblement dans des charges héroïques.

 Le combat de Heilsberg est à cet égard très révélateur à la fois de ses qualités et défauts. Dans un contexte de terrain très défavorable, en infériorité numérique, il se lance à l'assaut des troupes russes, conduisant des charges insensées qui déciment la cavalerie française, mais fait preuve d'un courage et d'un entrain hors du commun. C'est en chargeant les cosaques à la tête du 5ème hussards que, son cheval, abattu par un boulet, s'effondre. Il se retrouve à terre, la jambe bloquée sous le ventre de sa monture, heureusement un sous-officier des chasseurs vient à son secours, l'aide à se dégager, mais la botte du prince reste coincée dans l'étrier, qu'à cela ne tienne, un pied botté, l'autre en chaussette, prenant le cheval de l'ordonnance, il remonte en selle et repart à la charge. Il est cependant rapidement encerclé par des dragons russes attirés par ce cavalier chamarré, il abat plusieurs de ses assaillants, mais, ployant sous le nombre, il est prêt à succomber lorsqu'il est dégagé in extremis par Lasalle, autre cavalier d’exception. Nullement affecté par cet épisode, il enlève (prend la tête d') un nouveau régiment et repart à l'assaut. Le lourd bilan de cet affrontement pour la cavalerie française dont certains régiments seront décimés, est imputable à son manque de jugement et à son impétuosité irréfléchie.

   Quel dommage que ce formidable cavalier n'ait pas eu la rigueur morale qui l'eût placé au rang d'un Bayard, alors qu'on ne peut l'admirer sans une certaine tristesse. Mais, brillant, brave, entraînant, irrésistible, voilà pourquoi, malgré ses défauts Murat est resté dans la mémoire collective comme le type du général de cavalerie.

 Philippe F.

 Sources :

 Marcel Dupont, Cavaliers d'épopée

 Général Thoumas, Les grands cavaliers du Premier Empire

 Les maréchaux du Premier Empire

 

2021 * ANNEE NAPOLEON

   OFFRE SPÉCIALE

   Pour l'achat de deux scénettes ayant un rapport avec le 1er empire (Napoléon en Alsace, Joséphine à Strasbourg ou les Carabiniers),

 

l'AFCFEF vous offre, au choix, la scénette «  Le billet de logement » ou « le trompette de la gendarmerie d'élite ».

  Offre valable jusqu'au 31 décembre 2021

 

BIENVENUE

BIENVENUE SUR LE SITE

DE

L'ASSOCIATION DES FIGURINISTES ET COLLECTIONNEURS DE FIGURINES

DE L'EST DE LA FRANCE

ce site est consacré aux activités de l'association, aux réalisations de ses membres et amis

et, comme l'association elle même, il est ouvert à la figurine sous toutes ses formes

 

BONNE VISITE

 

 

AGENDA 2021

 

Voici le calendrier des réunions et manifestations organisées par l'AFCFEF pour l'année 2021

Si vous souhaitez nous rencontrer, n'hésitez pas à prendre contact avec nous pour plus de précisions

 

EN RAISON DU CONTEXTE SANITAIRE ACTUEL, LE CALENDRIER DE NOS RÉUNIONS 2021 EST DONNE SOUS TOUTES RÉSERVES

Samedi 2 octobre à Plainfaing -88-

Samedi 6 novembre à Plainfaing -88-