BAPTEME PAR IMMERSION

Pour réussir un baptême par immersion, il est nécessaire de réunir plusieurs composants:

1°- Un candidat.

2°Un (ou des) parrain(s).

3°Une date.

4°Un lieu.

1°- le candidat: je ne m'étendrai pas sur lui et sa personnalité. Vous comprendrez de qui il s'agit.

2°- Un ou des parrain(s).Je n'avais que l'embarras du choix: Patrick, Francis, Philippe, Jean-Luc, Louis, Patrice, Lionel, Félix, Pierre, Bernard (le franco-suisse sans son frère), Reinhold, Wolgang, Hanns, Alain, Pierre-Paul, Georges.

3°- La date: très important et à choisir au plus tôt, si nécessaire avec deux ans d'avance. Pour moi, ce fut le 11 août 2011.

4°- Le lieu. Celui-ci doit être choisi avec soin, connu de tous et suffisamment évocateur. J'ai donc choisi KULMBACH.


Après un voyage agréable, l'arrivée me plongea au sein de l'équipe pour assurer le montage du stand de l'association. Presque immédiatement après, ce fut l'immersion, le plongée sous un immense chapiteau réunissant moult stands de présentation de figurines. Ce fut le choc, bien que l'on m'ait préparé à l'avance. J'eus l'impression de pénétrer dans une ruche où le bourdonnement incessant des  discussions, impressions, négociations, exclamations le partageait avec le crissement de milliers de doigts saisissant puis posant, puis reprenant et reposant des figurines.

Image 

Je me déplaçais dans un labyrinthe dans lequel à chaque mouvement de tête un stand se présentait à mes yeux. Bernard, à droite, à gauche, devant toi, derrière toi !!! Un océan de stands, toujours des stands, des figurines, toujours des figurines, de plus en plus de figurines, des milliers de figurines. Même si j'avais eu des yeux d'araignée, je n'aurais pas tout vu !


Une telle immersion nécessitait un retour au calme avec une bière de Kulmbach .Du moins je le croyais. Et bien non : après leur propre immersion, les autres faisaient comme moi, mais eux, ils déballaient ce qu'ils avaient acheté auparavant. Et cela continua le soir au restaurant où, grâce à Reinhold, nous nous sommes retrouvés : mais là aussi, la Klumbacherbier, et les figurines sur la table en attendant les plats.

Image 

Le deuxième jour je pensai être baptisé. Et bien non, je me suis immergé de nouveau. Une sorte de frénésie me gagnait, une fièvre en quelque sorte. Et puis toujours des figurines, de la bière, y compris le soir avec le même spectacle des camarades se montrant leurs achats (car ils en achetaient chaque jour) et toujours cette ambiance sympathique, rires, histoires, échanges avec nos amis allemands, mais plus fort car nous étions plus nombreux.

Image

Le troisième jours, nouvelles et nombreuses immersions : mon baptême devait être consolidé! Et rebelote : figurines, bières, rires, blagues toujours au restaurant où nous occupions la moitié de la salle, toujours grâce à Reinhold.

Image 

Je voudrais dire en conclusion, que mon baptême par immersion fut, à mon sens une réussite à laquelle mes parrains et quelques marraines, ainsi que mes amis allemands ont largement contribué, sans oublier la bière, évidemment, le tout dans une ambiance faite d'amitié, de passion partagée.


Et puis ce fut le retour. Je serais tenté de dire:

« Ich weiss nicht warum ich so traurig bin,

« dass ich von Kulmbach weggegangen bin !»


Mais, que me réserve l'avenir ? De retour depuis quelques jours, je baigne encore dans le bassin où je me suis immergé avec tellement de plaisir ! Ah! oui, Benoît:


Oui, j'ai déjà été à Kulmbach!

Bernard O.

Image 

Contrairement au solide représenté sur cette photo, le liquide est bien sûr à consommer avec modération !

LA GUERRE DES PAYSANS

 Image

 

 1525

Un vent de révolte embrase le centre, le sud de l’Allemagne et l’Alsace contre l’autorité seigneuriale. Les braises de ce conflit latent sont attisées par des prédicateurs itinérants (notre saynète) qui répandent la vision d’une société égalitaire inspirée des thèses de Luther et d’une relecture de l’évangile.

En Alsace, le mouvement qui débute en avril prend rapidement de l’ampleur et réunit plus de trente mille hommes soutenus par quelques lansquenets (mercenaires) ; il se traduit par le pillage de monastères mal défendus et sources d’approvisionnement pour les insurgés. Les émeutiers adoptent comme emblème le « Bundschuh », soulier à lacet des paysans par opposition à la botte des seigneurs.

           Incapables de rétablir l’ordre, les représentants de l’Empire, les nobles et les autorités des villes accueillent avec soulagement l’intervention du duc Antoine de Lorraine qui, par crainte d’une extension de la révolte à ses états, organise une expédition militaire. L’insurrection est écrasée dans le sang lors des batailles de Saverne et de Scherwiller (les 17 et 20 mai 1525)           

           Cet épisode dramatique s’achève par le raffermissement du pouvoir seigneurial sur une société paysanne abattue et soumise et qui ne bougera plus jusqu’à la révolution française.               

           Pour ceux que cette époque historique intéresse, on peut conseiller la lecture d’un ouvrage écrit par l’un de nos membres : « La guerre des paysans » par Georges Bischoff aux Editions La Nuée Bleue ; http://www.nueebleue.com/

VISITE CHEZ LES DIABLES ROUGES

Le  26 mars dernier, la réunion mensuelle de notre association habituellement organisée à Saint Dié, a été décentralisée à Colmar. Occasion pour Jean-François, le régional de l’étape, de nous arranger une visite très intéressante de la salle d’honneur du 152° régiment d’infanterie, formation qu’il connait bien

 Image

Image 

 Historique du 152e Régiment d'Infanterie de Colmar

Le régiment historique d'Alsace.

Créé en 1794 à Landau in der Pfaltz, la 152e demi-brigade, qui donnera ultérieurement son nom au 152e régiment d'infanterie prend part à un grand nombre de campagnes du 1er Empire, dont Loano et Harbourg, qui vaudront au régiment les premières inscriptions sur son drapeau.

 

Dissout en 1814 puis recréé en 1887 à Épinal, le régiment, surnommé alors «Premier Grenadier des Vosges» participe à la Grande Guerre et se distingue en Alsace, sur la Somme, l’Aisne, l’Ourcq et lors de la prise de Roulers.

 

Mais c’est surtout en 1915 sur l'Hartmannswillerkorpf, également connu sous le nom de Vieil Armand, que le 15.2 fait preuve des plus hautes vertus militaires. L’ennemi lui décerne le titre de Régiment du Diable, après de féroces combats livrés sur cette montagne, devenue sacrée pour le régiment et où, par 3 fois, le 15.2 sera décimé.

 

Premier régiment à porter la fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre, de la Médaille Militaire et de la Légion d’Honneur, il se voit désigné par le général en chef comme le «Premier des régiments de France».

 

Le 2 août 1919, il s’installe à Colmar, dans le quartier Rapp.
Septembre 1939, la guerre est déclarée. Le 152e régiment d'infanterie est en position de couverture le long du Rhin, puis rejoint en mai 1940 les Ardennes où les Allemands appliquent leurs efforts

 

Sous les ordres du général de Lattre de Tassigny, le régiment reste fidèle à son passé et ses vaillantes traditions, en particulier lors des combats de La Bascule puis de Rethel, entre le 15 mai et le 20 juin 1940. Sa tenue de feu et sa brillante conduite lui valent d’être maintenu après l’armistice comme régiment de tradition de l’Alsace sur la ligne de démarcation à Montluçon et Lapalisse.

Image 

(figurines en bois de M. Kieffer)

 

Dissout au moment de l’invasion de la zone libre en 1942, il se reforme dans la clandestinité en Auvergne sous l’impulsion du colonel Colliou et participe aux combats de la Libération, de la Loire aux Vosges. Le 8 février 1945, le 15.2 rentre dans Colmar où le général de Gaulle lui remet son drapeau.

 

Le régiment participe ensuite à la campagne d’Allemagne, entrant le premier dans Stuttgart et termine la guerre sur les bords du lac de Constance. Il y restera en occupation jusqu’en avril 1946.

 

De retour en France, il s’installe à Mutzig et à Colmar pour quelques mois avant d’embarquer en juin 1955 pour la campagne d’Algéie. Successivement en Grande Kabylie, à la frontière tunisienne puis à Zéralda, le 15.2 remplit ses missions de pacification dans le secteur de Sédrata, et participe aux opérations héliportées durant la bataille de Soukh-Ahras ainsi qu’à la garde de la ligne Morice.

En 1964, le 152e régiment d’infanterie retrouve sa garnison, où il reçoit de la part des Colmariens un accueil inoubliable. Régiment d’infanterie des forces du territoire de la 6e région militaire entre 1964 et 1976 ; régiment mécanisé de la 7e division blindée de 1976 à 1984, puis régiment d’infanterie motorisé de la 5e division blindée de 1984 à 1990, il devient en 1990 régiment d’infanterie du 2e corps d’armée, puis du 3e corps d’armée en 1993.

 

En décembre 1996, le 152e RI passe sous les ordres de la 7e division blindée. Durant l’été 1997, il perçoit les chars AMX 10P et entame sa professionnalisation. Puis, avec la montée en puissance des effectifs d’engagés volontaires, il est rapidement projeté en opérations extérieures au Liban, au Kosovo, en Bosnie, au Tchad, au Sénégal, en Guyane ou encore en Côte d’Ivoire…

Fier de son passé et résolument tourné vers l’avenir, le 152e régiment d’infanterie s’engage avec enthousiasme dans toutes les missions qui lui sont confiées

 Projeté en 2011 en Afghanistan, le régiment percevra à son retour le VBCI, puis deux années plus tard le système FELIN.

Jean-François

LE SIEGE DE LA ROCHELLE


 Image

Henry-Paul Motte, bien qu'élève de Jean Léon Jérôme est loin d'être le peintre historique le plus célèbre de son époque, il est pourtant l'auteur d'une œuvre connue, pour le moins partiellement, de chacun d'entre nous, celle représentant Richelieu hiératique, sur la digue battue par les flots, et accessoirement par les boulets, du siège de La Rochelle en 1628. C'est cette scène qui a inspiré la nouvelle série de figurines plates en 30 mm. éditée par les quatre BFPQ.

Cette série est constituée de cinq personnages (gravés sur les deux faces), un plot et trois estacades (gravés une face). Dessins de Rieger et gravure de Werner Otto

Image 

 

Mais un peu d'histoire pour expliquer la scène.

Pour comprendre la situation, il faut remonter en 1598, Henry IV vient de signer l'Edit de Nantes qui pacifie le royaume en mettant un terme à 36 années de guerres de religion. Ce texte qui accorde aux protestants la liberté de culte et l'égal accès aux charges et dignités leur octroie 51 places de sûreté, dont La Rochelle constitue l'une des plus importantes, garantissant le respect de leurs droits. Mais en 1610, Henry IV est assassiné et la régente, Marie de Médicis, prend le parti des catholiques qui entendent revenir sur les concessions faites aux protestants. Louis XIII, très pieux adoptera la même politique. Progressivement, les places de sûreté sont reprises, déclenchant des révoltes huguenotes dès 1621.

La Rochelle, principale place forte protestante proclame même son indépendance avec la création d'un « Etat protestant » en 1621. Plusieurs affrontements terrestres et navals aux fortunes diverses opposent les armées royales aux forces huguenotes jusqu'à la paix de Montpellier, signée en 1622, qui confirme l'Edit de Nantes, mais ne laisse aux protestants que deux places fortes, Montauban et La Rochelle. Les hostilités reprennent cependant dès 1625 jusqu'en février 1626 avec la signature de la Paix de La Rochelle qui renouvelle celle de Montpellier.

En 1624, Richelieu entre au Conseil du Roi et il organise son programme selon trois axes, comme il le précise dans son testament politique de 1638 : « Je lui promis d'employer toute l'autorité qu'il lui plaisait de me donner, pour ruiner le parti huguenot, rabaisser l'orgueil des Grands, réduire tous ses sujets à leur devoir et relever son nom dans les nations étrangères au point où il devait être. »

La prise de La Rochelle va, dès lors, devenir l'un de ses premiers objectifs et ce, d'autant plus que les Rochelais reçoivent en 1627 le soutien du roi d'Angleterre, Charles Ier, moins d'ailleurs pour des motifs religieux que dans le dessein d'affaiblir la France et sa puissance maritime. Une première expédition anglaise commandée par Buckingham (cf. les Trois Mousquetaires) échoue en novembre 1627 à s'emparer de l'île de Ré, verrou maritime de la Ville. Richelieu peut alors ordonner le siège de la cité huguenote.

Image 

La Rochelle est une place bien fortifiée difficile à prendre, aussi, le cardinal décide-t-il de faire tomber la ville d'épuisement en s'inspirant du siège de Tyr par Alexandre. A cette fin, il fait construire, côté terre une ligne de circonvallation de 11 forts et 18 redoutes et du côté mer, il fait édifier une gigantesque digue de près de 1500 mètres haute de vingt et fermant le chenal d'accès au port. Elle est protégée du côté mer par une rangée de 200 navires enchaînés, lestés et coulés et défendue par des estacades (pieux destinés à empêcher l'abordage) et des canons. De plus, une flotte lourdement armée monte la garde.

Deux expéditions navales anglaises ne peuvent briser l'encerclement et la ville agonise lentement, malgré l'expulsion des femmes, enfants et vieillards que les troupes royales laisseront mourir entre les lignes. Le 28 octobre 1628, la ville capitule, de ses 28000 habitants, seuls 5500 auront survécu.

Louis XIII rétablit le culte catholique et fait raser les fortifications terrestres. Le 28 juin 1629, la Paix d'Alès prive les protestants de leurs privilèges et places de sûreté mais leur garantit la liberté de culte.

Les huguenots sont soumis au pouvoir royal, Richelieu vient de réaliser la première étape de son programme. La journée de Dupes et les exécutions de Cinq Mars et de Thou consacreront la seconde, alors que l'engagement direct de la France dans la guerre de Trente Ans en 1635 lui permettra de concrétiser, « post mortem », la troisième.

Peut-être une source d'inspiration pour de nouvelles séries ?

 Sources : Dictionnaire Mourre, Histoire de la France de Duby, le siège de La Rochelle in Champs de bataille n° 38.

Image 


La série, au prix de 15 euros plus port et emballage, est disponible chez :

- M. Philippe Fourquet 2 rue Woelfelin 68000 Colmar

- Herr Reinhold Pfandzelter, PanoramaWeg 3,   D 56317 Urbach/westerwald

-Vous trouverez également cette série, cet été, sur le stand de l'AFCFEF à la foire de Kulmbach

 

Philippe                

Hommage à Klaus J. Hoffmann

         Il y a quelques semaines, peu avant notre salon de Lunéville, nous avons appris le décès de Klaus J. Hoffmann.

          Pasteur, figuriniste globe trotteur, Klaus était membre de l’association de Coblence. Il était de toutes les manifestations que nous organisions et on se souviendra de sa bonne humeur et de sa gourmandise (il avait, parait-il, mangé sa meilleure tarte au pommes il y a quelque temps à Haguenau !!! –souvenir personnel-).

          Il y a quelques années, suite à notre exposition à Saint-Privat, il avait rédigé un article pour notre éphémère bulletin et je souhaite aujourd’hui le publier sur ce site en forme d’hommage à notre ami disparu.

 

Prisonnier de guerre – Jouy Aux Arches 1870

Image 

Ce n’est pas seulement que le module et la carte postale exposés à Saint Privat  m’avaient plongé dans une réflexion profonde. J’étais même curieusement touché ; au plain milieu d’une guerre assez sale (cf. par exemple le chronique « Fröschweiler Chronik. Kriegs und Friedensbilder aus dem Jahr 1870 von Karl Klein, ehedem Pfarrer zu Fröschweiler im Elsass », nous butons sur une scène humaine qui m’a bouleversé. Bien entendu, la littérature nous a fait le récit d’autres exemples de respect mutuel et de philanthropie par les deux parties, mais cette scène m’a intrigué à tel point que, lors de notre retour, j’ai dit à mon ami figuriniste Reinhold Pfandzelter : « j’aimerai bien colorer cette scène. Mais où se procurer les figurines et surtout la carte postale permettant de créer l’arrière fond ? ». Mon ami m’a promis de s’en occuper.

Mais quelle surprise lorsque M. Pfandzelter m’a apporté et les figurines et la carte postale à l’occasion de la rencontre des collectionneurs du 9 décembre 2000. La discussion s’est tout de suite déchaînée : Qui est l’officier avec son monocle ? Si l’on en croit la carte postale qui ne montre que le dos des officiers, il doit s’agir d’un uhlan. Mais la figurine éditée par Tobinnus n’avait ni l’ulanka, ni les épaulettes. Elle ne portait qu’une tunique droite.

Justement une semaine auparavant, j’avais commandé chez un bouquiniste un catalogue à prix réduit sur une exposition vouée au peintre historique allemand Anton Von Werner, qui avait eu lieu à Berlin en 1993. Le livre m’a été livré deux jours après notre réunion de collectionneurs. Je feuillette et, la surprise me frappe ; à l’origine, la scène se basait sur un tableau créé par A. Werner, dont j’avais une reproduction en couleurs magnifiques sous les yeux, représentée sur deux pages en 48 X 30 cm.. J’ai eu un cri d’extase ! Feu vert pour mon entreprise. La question de l’officier était résolue elle aussi. Selon Werner, il s’agissait d’un uhlan avec parement de manche, collet et ruban de bonnet en couleur jaune.

Trois semaines plus tard, j’avais terminé le diorama. En libre adaptation de la toile de Werner, les cinq figurines de Tobinnus avaient été complétées par quelques soldats en bivouac et par un charriot d’approvisionnement avec cheval. Il ne restait plus qu’à faire la reconstitution exacte du vieux Jouy Aux Arches avec son viaduc et de présenter le tout aux amis collectionneurs à l’occasion de la prochaine réunion, le 13 janvier 2001 à Coblence.    

Il est évident qu’une figurine plate, une fois produite, ne se prête que rarement aux modifications. J’ai passé trois jours environ à me casser la tête pour savoir comment j’allais transformer l’officier normal en uhlan. S’il était possible de lui refaire une ulanka en râpant doucement les boutons du milieu et en lui traçant une ulanka à double rangée de boutons, la reproduction des grandes épaulettes profilées n’était plus envisageable, il faudrait avoir une nouvelle figurine.

Au milieu de ces réflexions profondes, je me suis ms à relire l’historique de la création du tableau. C’est ainsi que j’ai obtenu le renseignement et la liberté d’action quémandée. Il faut savoir que le tableau représente une scène librement conçue par l’artiste. Le peintre l’a arrangée de cette manière en choisissant à son gré les personnages qui entouraient le couple. Alors je pouvais faire de même pour mon arrangement et mon diorama. Concernant la figurine en question, j’avais le droit de me munir d’un autre officier et d’honorer ainsi la proposition de Tonnibus.

Cet officier appelé à bien s’intégrer dans le milieu des figurines existantes, je l’ai trouvé en feuilletant l’album des cigarettes « Sturm »[i] ; « Deutsche Uniformen » Tome 1 (1864 -1914). A mon avis, un second-lieutenant du bataillon poméranien de chasseurs n° 2, était parfaitement adapté à mon projet. Ce bataillon a participé, en 1870, à la bataille de Gravelotte – Saint-Privat et à l’encerclement de Metz. Il s’est fait une réputation de bravoure qu’il a manifestée lors de l’investissement de la ferme Saint Hubert. Vu mon penchant pour les chasseurs (j’étais chasseur moi-même), je lui ai fait une tenue verte avec les insignes correspondants.

En effet,  l’arrière fond historique du tableau est le suivant : l’évènement, bientôt devenu légende et souvent rapporté dans les salons prussiens, a, d’une façon ou d’une autre, atteint le cœur du peintre Von Werner qui ne trahit pas sa source. Mais il insiste sur le fait qu’il s’agit d’un évènement réel qui a été représenté.

Incité par la princesse Wilhelmine de Baden, il a créé dès l’année 1871, un brouillon en aquarelle. En 1885 seulement, suite à une randonnée à Metz, Ars /Moselle et un détour par Jouy aux Arches (dont il fait une esquisse le 25 août sur fond de son aqueduc), il a commencé  sa toile à l’huile au format de 106 X 157 cm, qu’il a terminé en octobre 1886. Il l’a nommé « Devenu prisonnier de guerre »

La terre très boueuse et creusée de la rue du village fait penser que l’évènement remonte à l’automne 1870 (mois de septembre ou d’octobre) riche en pluies, période qui a précédé la reddition de la forteresse de Metz. Le 25 août déjà, le général Steinmetz avait transféré son quartier général à Jouy aux Arches. Représentés en couleur bleue, les soldats en bivouac rappellent un peloton d’une compagnie de service attaché à l’état-major, confirmant mon hypothèse.

Tout cela est fait pour apaiser la conscience de l’amateur de la coloration de figurines d’étain. Quand je contemple la scène et me plonge dans le vif de la situation, mes pensées me portent plus loin. Me souvenant de mon propre destin de prisonnier de guerre en 1945, je me demande où l’on a mené ce fantassin français ? Qu’est-ce qu’il est advenu ? A-t-il bientôt pu rejoindre sa femme et son enfant ? Y-a-t-il peut-être des descendants vivants à Jouy aux Arches ? Ou n’est-il pas plus probable que cet épisode de guerre ne relève que du domaine des légendes et des anecdotes conçues pour minimiser les horreurs de la guerre, comme l’a cru bon de prétendre un censeur à l’occasion de l’exposition de 1993.

Pour mon compte, la joie de construire une scène historique n'a que très rarement été plus complète

Klaus J. Hoffmann

 

 



[i] « Sturm » était une entreprise de cigarettes allemandes connue qui, en guise de mesure de promotion, donnait des images susceptibles d’être collées dans un album.