TRISTES NOUVELLES

Nous avons appris samedi la disparition d'un véritable ami de notre association. Christian Terana répondait présent à chacune de nos sollicitations pour nos salons. C'est une perte réelle dans notre petit monde, il était un peu le fédérateur des vieux, et moins vieux, collectionneurs de toute la France, notre trait d'union. Son érudition, sa profonde connaissance du monde de la figurine, sa disponibilité et sa gentillesse vont laisser un grand vide et, la semaine prochaine, nous ne verrons pas sa silhouette un peu voûtée arpenter nerveusement les travées encombrées du chapiteau de Kulmbach.

... et comme une mauvaise nouvelle ne vient jamais seule, dimanche, c'est la disparition de Sheperd Paine qui était annoncée. Qui parmi les plus anciens d'entre nous n'a pas rêvé devant les photos de ses figurines dans le catalogue Historex ?

 

KULMBACH 2015

L'AFCFEF sera présente du 7 au 9 août prochain

à la bourse internationale de la figurine

Rendez vous, comme d'habitude depuis quelques années dans la Stadthalle

où vous découvrirez nos deux nouveautés

Montcalm

Bayard

 

A noter que cette année, l'exposition temporaire de la Plassenburg est consacrée à la marque mythique Heinrichsen

LE SYNDROME POST-TRAUMATIQUE KULMBACHIEN

 

Image 

Le cabinet est austère, plongé dans la pâleur des rideaux tirés. La situation pourrait être banale : je suis allongé sur un divan, le thérapeute est assis près de moi et prend des notes. C'est un lacanien, tendance saucisse de Franckfort.

- C'est votre généraliste qui vous envoie. Dans son courrier, il m'indique que votre souffrance psychologique est intense, que votre cas le dépasse. Parlez-moi de votre expérience.

- Et bien voilà : j'étais là-bas.... Avec mes camarades.

- Vous y étiez ?

- Oui (silence prolongé). C'était dur, très dur ! J'ai vu des camarades tomber. Ceux qui sont rentrées étaient truffés de plomb et d'éclats de métal. D'autres avaient sombré dans l'alcool, la bière... Certains en ont perdu la raison. D'autres encore souriaient bêtement en permanence, l'air hagard, le regard vide. Moi je m'en suis tiré physiquement, mais je suis sujet au cauchemar. Comment expliquer tout ça à leurs femmes et à leurs enfants ?

- Dites «  le mot »

- Kulmbach, m'écriais-je en pleurs. Pourquoi m'en suis-je sorti et pas eux ? Personne n'est rentré indemne. Dans l'ambulance grise que je conduisais au retour, mes camarades, très marqués, en parlaient tout le temps, en frères et sœur d'armes. C'était la fraternité du feu. Mais nous voilà de retour à la vie civile. Nous sommes brisés.

- Vous souffrez du syndrome post-traumatique kulmbachien. Il est puissant. C'est un syndrome courant chez les sujets qui ont subi un choc sévère, comme un séisme de magnitude 9, la guérilla alsacienne ou la cuisine anglaise. Ses effets sont irréversibles et l'on peut craindre une addiction au jaune de mars. Parlez- moi encore.

- De temps en temps, nous avions des permissions à l'arrière, sur le stand. Mais nous savions les copains là-bas, seuls, abandonnés à leur terrible sort. Alors, on y retournait, encore et encore. C'était dur, très dur !

- Le mieux est encore de vous réunir entre vous. La thérapie de groupe est la seule efficiente, avec la quête sur la voie publique. Je crains que la guérison ne prenne du temps ; un an, sans doute deux. Je vous conseille également des loisirs paisibles comme la peinture ou la lecture de revues historiques.

- Merci docteur, je vais joindre les anciens et leur proposer une première thérapie de groupe le 21 septembre.

- Cela dit, par-delà les moments de honte et de détresse que vous éprouvez, vous pourrez dire fièrement à vos petits-enfants : «  aout 2013 à Kulmbach, mes camarades et moi, nous en étions ! »

Et il me prescrivit deux ans d'arrêt maladie.

Moralité : un plat d'étain dans la poche vaut mieux que deux tu l'auras.

             Fraternité kulmbachienne,

                                                                   Benoît

Image 

 

UN MYSTERE ÉLUCIDÉ.

 

Lorsqu'il écrivit son roman «Les voyages de Gulliver» en 1724, Jonathan SWIFT n'imaginait pas que deux cent cinquante années plus tard, des chercheurs, pour ne pas dire des explorateurs, s'attacheraient à prouver que ce monde existait bel et bien !

Image 

Depuis les années 1970, tous les deux ans, des expéditions de Gulliver modernes ont sillonné l'Europe pour tenter de délimiter le territoire pouvant être ce pays mystérieux. De nombreux indices laissaient à penser qu'il se situerait en Franconie, région située à l'Est de l'Allemagne actuelle.

Image 

Suite à l'attrait et l'intérêt de la découverte, des équipes originaires de toute l'Europe se mobilisent et se lancent dans l'aventure. Finalement, la nouvelle était annoncée par tous les médias modernes : oui, Lilliput existe. En réalité, c'est l'Europe entière qui constitue ce pays, Europe dont les différents états sont, en fait, les régions qui le constituent.

Le plus étrange, c'est que les habitants de cet immense pays sont muets, et leur corps est constitué de métal, ce qui amenait certains à penser qu'ils sont des extraterrestres. De plus, ils n'ont pas tous la même taille et vont de 30mm à 120mm, les enfants mesurant en général de 15 à 25mm.Ils semblent, en plus, être immortels puisqu'il y en a de l'antiquité à nos jours.

Ces petits êtres sont si attachants que les membres des expéditions en adoptent à chacune de leur venue. Nos reporters ont identifié une expédition, constituée en majorité d'Alsaciens et de Lorrains, qui va quitter la France au mois du 8 au 12 août prochain pour se rendre en Franconie afin d'y écrire un chapitre supplémentaire et compléter leurs connaissances. Une confidence nous a été faite sous l'anonymat: ils ont décidé d'adopter d'autres Lilliputiens.

Une dernière information, la capitale de Lilliput s'appelle KULMBACH.

Bernard O.

Image 

FIGURENLAND

Dis, mon Papa, pourquoi tu prépares une valise

Parce que je pars en voyage.

Tu pars longtemps?

Non, mon gamin, juste quatre jours.

Est-ce que je peux venir avec toi ?

Non, mon fils, pas encore.Tu es trop jeune et tu ne comprendrais pas tout.

Tu vas loin, dans un autre pays ?

Oui, tu vois, je vais traverser le Rhin, tu sais la grosse rivière qui passe à Strasbourg.

 Comment il est, le pays où tu vas

C'est un pays merveilleux !

Mais, si je ne vais pas avec toi, tu vas être tout seul et t'ennuyer!

Et bien non, car, tu vois, j'y vais avec des amis.

Qu'allez-vous faire là bas avec tes amis?

Nous allons visiter un monde merveilleux et nous allons admirer des milliers de petits personnages en étain ou en plomb.

Image 

Comme ceux que tu as à la maison au salon, dans la salle à manger, au sous-sol et même dans la chambre sous le toit ?

Oui, c'est cela mon fils

Tu vas encore en rapporter cette année ?

Oui, bien sûr.

Ah, je comprends pourquoi tu as acheté une nouvelle vitrine. Mais j'aurais tellement voulu aller avec toi, Papa.

Ecoute bien, tu dois encore grandir un peu, et tu pourras, à ton tour, faire ce voyage fabuleux; et je te promets que quand tu iras, j'irai avec toi.

Alors, bon voyage Papa.Tu me raconteras. Mais, dis-moi, comment s'appelle le pays où tu vas ?

Ce pays s'appelle FIGURENLAND et la ville où je vais s'appelle KULMBACH !

Bernard O.

Image